Parrainages des Faucons - Dottignies

Longtemps, on a cru qu’ils n’arriveraient jamais. Pourtant, il y a quelques jours, trois fauconneaux sont bien nés, dans le clocher de l’église de la cité de la main. Un heureux événement qui réjouit l’échevine de l’Environnement Ann Cloet. «On parle souvent de Bruxelles et de la présence de faucons à la cathédrale des Saints Michel et Gudule mais il ne faut plus aller si loin pour en admirer car nous en avons chez nous, à Dottignies. C’est assez exceptionnel car il s’agit d’une espèce en voie de disparition. Depuis plusieurs semaines, un couple a pris demeure dans le clocher de l’église. Nous avons ensuite constaté qu’il y avait des œufs mais nous avons craint qu’ils soient vides car ils n’écloraient pas… Je dois bien avouer qu’on ne les espérait presque plus. Mais il y a quelques jours, trois petits ont bien vu le jour: deux mâles et une femelle».

Pas d’inquiétude si l’un tombe de son nichoir

Comme il est de coutume lors d’une naissance, un baptême a été organisé ce dimanche matin en présence d’une vingtaine de personnes. L’occasion de désigner les parrains et marraines des trois nouveau-nés. «La semaine dernière, nous les avons bagués afin de pouvoir suivre leurs va-et-vient car nous voulons savoir ce que deviennent nos néo-Dottigniens. Nous en avons alors profité pour leur donner des prénoms, précise Christophe Gruwier de la cellule environnement.

Le premier se nomme Falco. Cela n’a rien à voir avec la série. Il s’agit du terme latin pour désigner un faucon. Comme l’espèce règne sur la pyramide alimentaire, nous avons désigné comme parrain le plus haut placé de la commune, M. Alfred Gadenne. Sa marraine est Micheline Beneens, une habitante de Dottignies qui nous a souvent rendu visite.

Le deuxième s’appelle Dotto comme le géant! Il est le filleul de Thibaut Bernard, un jeune qui nous suit toujours lors de nos activités et de notre échevine Mme Cloet.

Enfin, nous avons Maria dont le parrain est Denis De Sutter, qui nous a permis d’avoir un accès facile à l’église en nous donnant les clés. Même quand on les perdait ou qu’on les cassait… Sa marraine est Laure Nuttens que nous voulions remercier pour sa sympathie durant nos nombreuses observations».

Avant de distribuer les dragées de circonstance, Christophe Gruwier a tenu à lancer un appel à la population dottignienne. «D’ici quelques jours, les petits vont commencer à bouger un peu plus et à devenir autonomes. Le plus téméraire d’entre eux tentera sûrement de s’envoler pour la première fois mais risque de tomber de son nichoir. Il ne faut pas s’inquiéter plus que cela, cela fait partie du développement de l’animal. Nous vous demandons simplement de nous prévenir si cela devait arriver. Notre équipe viendra alors sur place pour récupérer l’animal, lui prodiguer les soins si nécessaire avant de le remettre dans son habitat».

 

Source Journal Vers l'Avenir